12 SEPTEMBRE : L'AMERIQUE D'APRES

COLLECTIF

Bande dessinée

Casterman, 2011, 195 pages, 22.5 €

:) :) Oncle Sam : ange ou démon? - critique complète

Couverture
Couverture du livre: 12 SEPTEMBRE : L'AMERIQUE D'APRES

Dix ans après les attentats du 11 septembre, deux journalistes français, Pascal Delannoy et Jean-Christophe Ogier, ont proposé à des dessinateurs, des journalistes et des auteurs de bande dessinée de répondre à une seule question : « Dix ans après le 11 septembre, où va l'Amérique? ». Leurs réponses se présentent soit sous la forme d'un dialogue transatlantique avec un confrère (Plantu/Daryl Cagle; Roger Cohen/Jean-Luc Hees) soit sous celle de travaux réalisés séparément mais dont la confrontation fait naître d'indéniables points communs (Myles Hyman/Jérôme Charyn; CharlElie/Jacques Ferrier ou encore Mattoti/Munoz-Sampayo). Préfacé par un texte de Russel Banks, d'une noire clairvoyance mais qui résume en termes clairs toute la philosophie de la décroissance, l'ouvrage propose une vision très contrastée et finalement très fine des Etats-Unis. Souvent perçus en Europe comme un pays univoque où la religion et l'argent font la loi, ils apparaissent ici dans toute leur disparité, avec leur forces et leurs faiblesses. Pays de religion certes, mais de toutes les religions. Pays de l'argent, qui déclenche des guerres pour du pétrole, mais qui, juste après, comme pour se rattraper, élit un président noir. Comme le dit Roger Cohen : 'C'est d'ailleurs le génie des pères fondateurs d'avoir conçu la nation de telle façon que n'importe quelle dérive, par exemple vers une présidence impérialiste, entraîne une réaction des autres branches du pouvoir'. Plus loin, pour illustrer la liberté individuelle qui reste une pierre angulaire de la nation américaine, il reprend la harangue d'un imam américain à ses jeunes fidèles : 'Ici, il est possible de faire un procès au gouvernement. Dans les pays d'où vous venez, si vous faites ça, vous disparaissez dans les trois jours qui suivent'.

Que ce soit via le dessin, la correspondance écrite, la photographie, la caricature, ou le récit à tendance science-fictionnesque, l'image qui se dégage des 200 pages de ce bel ouvrage se révèle à cent lieues d'un angélisme pur ou d'une noirceur totale. Les Etats-Unis? Une démocratie, imparfaite, certes, mais qui n'a certainement pas de leçons à recevoir de notre Europe actuelle. Un ouvrage résolument politique, porté par une fibre journalistique solide et très palpable, dans lequel la bd, la photographie et la caricature confirment le rôle de 'messagers engagés' qu'ils peuvent parfois revêtir.

Nicolas Fanuel

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster