Ekhö monde miroir tome 6 : Deep south

Arleston, Christophe

Bande dessinée

Soleil, 2017, 47 pages, 14.5 €

:) :) :) :) Waouw! - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Ekhö monde miroir tome 6 : Deep south

Eckhö est un monde parallèle à la terre. On y retrouve les mêmes continents, les mêmes villes, tout à part qu'il n'y a pas d'électricité sur Eckhö et qu'il faut vivre sans ou plutôt avec des méthodes alternatives assez surprenantes. Petite particularité, certains habitants de la terre peuvent être téléportés sur Eckhö par la grâce des Preshauns, des petites créatures farfelues veillant au bon fonctionnement de ce monde miroir.

Fourmille est justement une terrienne basculée vers Eckhö en compagnie de son voisin de siège d'avion, l'informaticien Yuri Podrov. Devenue agent d'artistes, elle se voit confier la mission de protéger Soledad, la bomba latina, lors d’une tournée dans le sud des Etats-Unis.  Cette dernière est en effet la cible d'intégristes religieux.

Autre petite particularité de cette série drôle et décalée, Fourmille peut à tout moment être habitée de l'esprit de fantômes dont elle doit résoudre les problèmes pour redevenir elle-même. Ce qui peut amener à de drôles de situations.

Christophe Arleston a le don pour créer des univers bien à lui au grand plaisir de son large lectorat. Depuis maintenant 25 ans, il surfe sur le monde de la bd française en explorant des styles bien différents. De Leo Loden à l'univers de Troy, Arleston multiplie les séries à succès pour le compte de l'éditeur Soleil.

Depuis le premier tome d'Eckhö monde miroir, c'est Alessandro Barbucci, passé par les studios Walt Disney qui est aux crayons. Habituellement, ce dessinateur italien collabore avec son épouse Barbara Canepa et ce duo a déjà quelques beaux succès à son actif, notamment le phénomène W.I.T.C.H., magazine créé il y a une vingtaine d'années et distribué dans de nombreux pays. Ses participations à Sky-Doll (ou il assure également le scénario) et Monster Allergy, sont également à mentionner.

Le style de Barbucci, virtuose des modèles féminins, convient idéalement au scénario mis en place par Arleston qui a toujours apprécié mettre une petite touche sexy dans ses histoires. 

 

Olivier Baute

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster