Héléna : tome 2

Jim, Lounis Chabane

Bande dessinée

Bamboo, Grand angle, 2015, 74 pages, 18 €

:) Amours contrariés - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Héléna : tome 2

Petite déception pour cette conclusion d'un diptyque dont le premier tome nous avait pourtant enchantés (vous pouvez en retrouver la chronique sur ce site). Simon est toujours amoureux fou de Héléna, alors qu'elle n'en a toujours rien à fiche. Le pitch de ce 2ème tome tourne autour de l'idée qu'un certain acharnement de la part de Simon pourrait peut-être faire changer d'avis l'imperturbable dame de ses pensées. Peut-être, se dit-il, que s'il lui montre à quel point il reste attaché à elle, alors qu'elle met tout en oeuvre -allant jusqu'à se marier avec un autre gars- pour le décourager, peut-être finira-t-elle par être touchée et le regardera-t-elle au minimum avec une certaine tendresse, qui se muera, au fil du temps, en véritable amour ? Elle va bien finir par se rendre compte qu'ils sont, il en est persuadé, faits l'un pour l'autre ? Et bien sûr, comme dans une épisode de « Friends », le lecteur au coeur tendre y croit lui aussi...Mais le scénariste en a-t-il décidé ainsi ?

Si nous persistons à rester sous le charme du dessin de Chabane, superbement rehaussé par les couleurs de Delphine, nous n'avons pu nous empêcher de ressentir un brin de lassitude causée par certaines longueurs dans le scénario de Jim, comme si celui-ci n'arrivait pas à conclure, et qu'il tâchait de donner toujours une chance de plus à son malheureux amoureux. Là où l'idée de base développée dans le premier tome (Simon payait Héléna pour passer deux heures par semaine avec lui, en tout bien tout honneur) nous avait séduit par les multiples conséquences qu'elle entraînait et que le scénariste prenait plaisir à nous divulguer, la résistance affichée ici par Héléna et l'aveuglement dont continue à faire preuve Simon nous ont parus déclinés à trop de reprises, au travers de plusieurs scènes qui peinent à faire décoller le scénario. La tension du premier tome s'est délitée, et le point de basculement de l'intrigue nous fait définitivement quitter le domaine de la très jolie comédie amoureuse pour nous entraîner, hélas nous semble-t-il, vers les moins heureuses contrées du mélo larmoyant.  

Nicolas Fanuel

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster