LA FAUTE AU MIDI

LE NAOUR, J;-Y. et DAN, A.

Bande dessinée

Bamboo, Grand angle, 2014, 47 pages

:) :) COMME SI CA NE SUFFISAIT PAS DEJA... - critique complète

Couverture
Couverture du livre: LA FAUTE AU MIDI

La guerre apporte son lot de morts, c'est là sa nature. Des hommes, pour la plupart encore bien jeunes, sont fauchés pour quelques centimètres de terre. Des disparitions soudaines bien qu'attendues et redoutées, qui détruisent d'autres existences, des familles, des destins...Si tomber sous les balles ennemies peut être considéré comme un acte de bravoure, passer par les armes de ses propres concitoyens ne peut résonner qu'avec le tocsin de la honte, de la couardise.

1914. Des soldats de Provence sont lancés dans une bataille aveugle. Livrés à eux-mêmes, peu préparés au feu, bien peu en réchappent, provoquant l'avancée des boches et jetant un voile d'infamie sur l'armée française. Joffre ne peut tolérer cette tache, il lui faut en urgence trouver les coupables de cette défaite catastrophique. Ce seront les miliciens du Midi, avec leur accent arrachés au soleil, qui endosseront le fardeau. N'est-ce pas à cause de leur manque de cran qu'ils ont baissé le pavillon ? N'est-ce pas de leur faute si la mort a prélevé un lourd tribut dans leurs rangs ? Rescapé de la bataille et bien conscient de l'iniquité de cette hypothèse, Auguste Odde se remet lentement d'une blessure au bras. Lorsqu'un médecin déclare que la blessure est la résultante d'une mutilation volontaire, afin de se soustraire au combat... Avec un compagnon de la même infortune, Odde est bientôt condamné à finir devant le peloton d'exécution. L'armée aura tôt fait d'enterrer l'affaire, même lorsque l'engagement au combat des suppliciés sera prouvée, peu après.

Dieu que la guerre est laide. Dieu que les hommes sont (des) bêtes. Tirée d'une histoire vraie, cette bande dessinée restitue une atmosphère délétère probable. Le scénario de Le Naour fait mouche et montre avec limpidité tout l'enchaînement des événements qui provoqueront l'irréparable. Le dessin de Dan est fédérateur et nous rend empathiques avec le destin de ses personnages.

Dans cette période de commémoration, il est bon de rappeler que la réputation de quelques-uns prévaudra toujours sur l'existence de beaucoup d'autres.

Orgueil et préjugés, disait l'autre... (EA)

Eric Albert

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster