Le sculpteur

McCloud, Scott

Bande dessinée

Rue de Sèvres, 2015, 496 pages, 25 €

:) :) :) :) Inclassable! - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Le sculpteur

Au fond du trou et sans le sou après avoir été viré de son travail, David Smith, artiste new-yorkais de 26 ans ayant eu son heure de gloire dans le monde de la sculpture cinq ans auparavant, use ses derniers deniers dans un bar-restaurant. Il y croise son grand-oncle Harry, enfin la Mort réincarnée dans l’enveloppe de cet aïeul décédé. Elle lui propose un pacte irréversible, à savoir la faculté de sculpter ce qu’il souhaite à mains nues durant 200 jours avant de mourir.

Toutefois, tout ne se passe pas comme prévu initialement. David est tourmenté et ne parvient pas à se trouver un style, ni à se refaire une notoriété. Sa rencontre avec Meg, une comédienne, va le métamorphoser. Mais, le compte à rebours est lancé et la date de sa mort se rapproche de jour en jour.


Scott McCloud est un auteur à part. Cet Américain âgé de 54 ans n’est pas le dessinateur le plus prolifique de la corporation. Avant « Le Sculpteur », il s’était surtout fait connaitre des initiés via des essais expliquant la bande dessinée en bande dessinée. « L’Art invisible », « Réinventer la bande dessinée » et « Faire de la bande dessinée » sont des ouvrages reconnus, mais qui n’ont pas fait de McCloud un incontournable.

Cette donne pourrait changer avec « Le Sculpteur ». Cette brique de près de 500 pages vient d’être éditée en français par la maison d’édition parisienne Rue de Sèvres. Un coup dans le mille de la part de cette jeune maison d’édition qui veille à privilégier la qualité par rapport à la quantité.  

Olivier Baute

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster