Légal : la fin de la prohibition

Améziane, Cédric Gouverneur, Stéphane Gatignon

Bande dessinée

Casterman, 2014, 120 pages, 22 €

:) :) :) La moins pire des solutions? - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Légal : la fin de la prohibition

Fin 2018, Serge Gorski, le maire de Nanterre, se rend au Mexique. Là, les méfaits de la drogue, qu’il croyait pourtant avoir bien assimilés tant ils gangrènent tous les niveaux de sa ville, lui apparaissent dans toute leur cruauté, multipliés par 10 par rapport à ce qu’il a l’habitude de voir. Ce que lui montrent ses homologues locaux, il comprend que c’est ce qui arrivera à Nanterre dans très peu de temps. Alors, puisque de toutes façons, il arrive à la fin de son mandat de maire, qu’il ne se représentera pas, qu’il bénéficie encore du soutien de l’Elysée et qu’il veut tout simplement faire ce qui lui semble le plus juste, il décide de lancer sa mairie dans l’aventure de la dépénalisation de l’usage du cannabis. Selon lui, rendre le cannabis légal mettra fin à la mainmise d’organisations mafieuses sur la vente, et de fil en aiguille, réduira la violence liée au trafic (plus de guerre des gangs). L’état deviendra le seul vendeur autorisé, baissera les prix et récoltera suffisamment de moyens financiers  pour payer les campagnes d’informations et d’accompagnement médical à mettre en place. Evidemment, tout cela ne se fera pas sans aide et particulièrement, dans un premier temps du moins, celle des trafiquants de drogue dont Gorski a besoin pour approvisionner les nouveaux ‘canabistrots’. Très vite, il se voit accuser de faire entrer les loups dans la bergerie.

Bande dessinée hors norme, d’un strict point de vue matériel (format plus étroit et plus haut,  nombre de pages (120), sa mise en scène éclatée qui rappelle les romans de James Ellroy, son dessin tantôt ultra-réaliste, tantôt lorgnant vers certains comics américains) que du point de vue du sujet abordé,  « Légal », pour peu que l’on s’y plonge complètement, en prenant le temps et débarrassé de tout préjugé esthétique (le trait et la mise en page de Amazing Ameziane peuvent, de prime abord, rebuter les amateurs de bd ‘classique’) et moral (dépénaliser le cannabis, vraiment ?) mérite plus qu’un détour par curiosité. Ultra-réaliste et ultra-documentée, l’histoire s’ancre profondément dans notre actualité récente et multiplie d’ailleurs les références, tant à d’autres événements fictionnels (la géniale série télé « The Wire ») que véridiques (affaire Kerviel, fusillade de Nanterre en 2012, affaire des fadettes du Monde, situation politique mexicaine…) et ne glisse aucune conséquence de la décision de Gorski sous le tapis. De l’amnistie d’anciens trafiquants de drogue, en passant par les effets psychologiques de l’abus de cannabis chez les adolescents et même par les possibilités de nouveaux débouchés pour des agriculteurs français, les auteurs nous offrent ainsi, en plus d’une intrigue tortueuse et violente, une véritable leçon de géopolitique captivante, un plaidoyer dépourvu d’angélisme pour une solution qui semble bien se dessiner comme la moins pire du problème. Recommandé pour un très bon moment de lecture mais aussi pour contredire ses propres idées toutes faites. 

Nicolas Fanuel

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster