SWALLOW ME WHOLE

POWELL, Nate

Bande dessinée

Casterman, 2010, 164 pages, 15 €

:) Dévorez-moi! - critique complète

Couverture
Couverture du livre: SWALLOW ME WHOLE

Ruth et Perry sont jumeaux. Depuis l’âge de 10 ans, ils souffrent l’un et l’autre d’un secret qu’ils partagent sans le comprendre : Ruth collectionne compulsivement les insectes morts dans des bocaux (face visible de son trouble), mais voit aussi mille et une petites bêtes dans sa vie courante, que ce soit en classe ou dans la salle de bain. Elle n’ose d’ailleurs plus esquisser un pas normal dans une pelouse. Perry est quant à lui harcelé par un petit sorcier que personne d’autre ne voit, et qui lui demande de dessiner des prophéties que le garçon ne sait comment interpréter.

Parallèlement à cela, leur grand-mère Mamou, en mauvaise santé, vient vivre chez eux. Elle semble en connaître un bout sur la question, mais personne ne fait attention à elle.

Ils sont à présent adolescents, et n’ont pas facile à s’intégrer parmi les jeunes de leur âge, et à communiquer avec leurs parents.

« Swallow me whole » (littéralement « Avale-moi tout entier ») est un roman graphique en noir et blanc qui s’intègre parfaitement à la collection « Ecritures » de Casterman. Il est d’abord paru aux Etats-Unis, où Nate Powell a reçu l’Ignatz Award de l’artiste le plus remarquable, ainsi que le Will Eisner Award du meilleur roman graphique (voir EN pour les prix littéraires). Il travaille entre autres avec des adultes souffrant de troubles du développement, ce qui l’a visiblement influencé pour son histoire.

L’adolescence n’est pas un sujet facile à aborder, et grande est la tentation pour un auteur de conter sa propre expérience. Nate Powell nous épargne pourtant fugues, rebellions et premiers boutons. Il préfère montrer l’angoisse de ne pas se sentir comme les autres, les professionnels qui sont à côté de la plaque (psychologues ou policiers), les traitements médicamenteux aux effets trompeurs, mais aussi, plus généralement, les dérapages que peuvent commettre certains profs durant les cours, notamment en ce qui concerne la religion et le tabou que représente la théorie évolutionniste de Darwin.

Intéressant, le livre ne parvient tout de même pas à nous toucher, car les scènes sont éparses, et parfois sans lien  entre elles. Qu’il est malaisé parfois de lire « Swallow me whole » ! Heureusement, le graphisme est fin, et les images qui se détachent d’un fond blanc ou noir ne sont pas encombrées, comme le sont sans doute les esprits de nos deux ados. 

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster