Crimes de femmes : 25 histoires vraies

Martin, Anne-Sophie

Documents

Points, 2015, 408 pages, 7.7 €

:) :) :) Lorsque les femmes elles aussi deviennent des grandes figures criminelles - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Crimes de femmes : 25 histoires vraies

25 histoires vraies. 25 histoires de femmes qui ont tué. Les jeunes filles, les amoureuses, les épouses, les mères, les grands-mères, les belles-mères, les amies, les infirmières,... Toutes ces femmes qui, un jour, ont basculé. Elles ont tué dans certains cas comme elles feraient la cuisine un jour de semaine. Elles ont eu des vies soit difficiles, soit presque normales. Mais elles ont basculé. Pour des raisons précises, pour de la folie passagère, par vengeance, par haine, par pitié, par amour, par cupidité,... Des mobiles aussi différents que leur personnalité et leurs crimes. Toutes ces femmes sont décrites ici. On tombe ici pleinement dans “l’horreur au féminin”. C’est un documentaire inédit, précis, alimenté d’interviews. Comme le disent les auteurs du livre : “Car les femmes criminelles n’ont pas peur de ce qu’elles ont fait. Le plus souvent, elles avouent, livrent tous les détails, n’ont pas la rouerie des hommes qui nient ou cherchent à minorer leurs responsabilités. Elles sont déterminées. Quand elles passent à l’acte, elles n’hésitent pas et vont jusqu’au bout. L’horreur est au rendez-vous”.

Cette phrase traduit bien tout ce qui est raconté dans l’ouvrage. C’est impressionnant d’horreur, de sadisme et de froideur parfois. On connaît moins les criminelles féminines que les tueurs en séries masculins. Certaines sont connues, sans raison précise pour la notoriété qui les entourent. On pourrait citer Belle Sorensen Gunness, Beverly Allitt, Hélène Jegado, Magdalena Solis, Jane Toppan, Vera Renczi, Rosmary West, Andrea Yates, Aileen Wuornos, Jeanne Webber,... Ce sont d’autres femmes dont on va parler ici. C’est un nouvel éclairage assez frappant dans l’histoire des criminelles à notre époque. On en parle beaucoup moins, mais elles sont là, ont été là. C’est une lecture dense et difficile. Dans beaucoup de cas, on constate que les femmes tuent ceux qu’elles ont aimé. C’est la partie la plus difficile. Ces meurtres de femmes sont plus frappants, plus marquants. Les actes meurtriers commis par des femmes semblent presque exceptionnels si l’on pousse la recherche aux chiffres et aux statistiques liés aux meurtres commis par des femmes. Cela explique peut être la sévérité des jugements dans certains cas. Ces “tueries” sortent de l’ordinaire plus encore que les meurtres commis par des tueurs en série dont la notoriété n’est plus à faire. Le passage à l’acte de toutes ces femmes est réfléchi, pensé, étudié. Elles sont déterminées. Elles sont organisées. Par curiosité, il est intéressant de tourner les pages de l’ouvrage. En prenant garde que l’on ne ressort pas de ces récits indemnes : l”impensable est raconté.

Elodie Mercy

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster