Avec tes yeux

SIRE CEDRIC

Fantastique

Presses de la Cité (Paris), 2015, 560 pages, 21 €

:) :) :) :) L'oeil était dans la tombe et regardait Cain (V. Hugo) - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Avec tes yeux

Quatrième de couverture :

Thomas ne croit que ce qu’il voit, mais personne ne le croit.

Depuis quelques temps, Thomas fait des rêves atroces. D’épouvantables rêves qui le réveillent en sursaut et morcellent son sommeil qu’il a déjà fragile. Si ce n’était que ça ! Après une séance d’hypnose destinée à régler ses problèmes d’insomnie, il est en proie à des visions. Il se voit, à travers les yeux d’un autre, torturant une jeune femme.... Persuadé qu’un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer.

 

Et si les rêves ou les cauchemars que nous faisions n’étaient en fait qu’une réalité sur laquelle nous n’avons aucune prise ? En tournant les pages de cette histoire nous rencontrons Thomas et faisons face aux visions qui le taraudent. Des visions cauchemardesques, qui prennent aux tripes, affolent et font presque sombrer dans la folie. Comment croire que, entre les visions et la réalité, il ne s’agit en fait que d’un miroir ? Être témoin des actes commis sans pouvoir rien y changer ? Être acteur d’une horreur indicible sans comprendre pourquoi l’on se retrouve dans le regard d’un tueur d’une sauvagerie innommable ? Le rythme est là. Entre visions et réalité, folie et déraison. Sire Cédric nous plonge dans la conscience de Thomas et dans la tête d’un tueur en série abominable. Nous le voyons et il nous chasse. Tout comme nous sommes capable de prendre corps à ses actes, il sait que nous sommes là, a l’espionner, a vivre profondément le moindre de ses mouvements. Le rythme s’intensifie. On ne peut s’empêcher d’avoir le coeur qui bat la chamade, on ne peut s’empêcher d’essayer de comprendre. On aimerait ne pas voir ce que Thomas voit. Thomas ne croit que ce qu’il voit. Nous sommes les témoins de ses visions et de ce qu’il ressent au plus profond de lui. Sire Cédric réussit une fois de plus à nous entraîner grâce à une écriture précise, vive. On court au travers de ses mots. On chasse, on vit, on ressent. On intègre pleinement un cauchemar éveillé. On sent notre pouls s’accélérer, on ne peut pas retenir des hoquets de surprises, de dégoûts, de peur. L’horreur des actes pourraient en choquer plus d’un. Et la touche fantastique s’imprègne doucement mais sûrement dans le récit. Avec tes yeux… Oui on voit avec ses yeux. Il nous emporte dans le regard de Thomas, dans les yeux du tueur. L’intrigue est bien ficelée, on ne peut s’attendre à aucun des rebondissements qui vont surgir. C’est une course effrénée. Un roman menée avec intelligence, et duquel on ne sort pas indemne. Il faut avoir le coeur solide et savoir que l’on pourra profondément frissonner de peur et de dégoût. Un thriller fantastique qui nous porte vers une course qui nous mettra hors d’haleine jusqu’à la dernière page. Il faut se préparer à ne pas vouloir lâcher l’ouvrage sans avoir lu le mot de la fin. Sans savoir si une fin arrive, nos rêves risquent d’être étrangement compromis par les visions de Thomas.  

Elodie Mercy

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster