Demain les chats

WERBER, Bernard

Fantastique

Albin Michel, 2016, 307 pages, 21.9 €

:) Uchronie féline - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Demain les chats

Bastet est une petite chatte de 3 ans. Courageuse, fière et intrépide, elle vit avec sa servante, Nathalie, près du Sacré-Cœur à Paris. Son plus grand souhait serait de pouvoir communiquer avec d’autres êtres vivants : faire comprendre à Nathalie ce qu’elle veut et tout de suite, dialoguer avec cette souris ou le poisson rouge (elle apprendra à leurs dépens qu’ils refusent toute communication d’égal à égal).

Un jour, face à la maison de Bastet survient un évènement inhabituel : un homme habillé de noir tient un bâton qui fait du bruit, et plusieurs petits humains sortant d’un bâtiment surmonté d’un drapeau tricolore tombent dans la rue. Ils sont emportés par de grandes boîtes blanches, puis des bouquets de fleurs et des dessins sont déposés.

C’est alors que Bastet aperçoit un mâle dans la maison d’en face, un siamois, qu’elle tente de séduire sans succès. Celui-ci, apprend-elle, se nomme Pythagore. Le matou dédaigne la jolie femelle, et se targue de posséder un Troisième Œil, qui lui permet de comprendre les humains et le monde dans lequel ils vivent. Cela le rend, incontestablement, supérieur à la chatte inculte. En réalité, Pythagore est un chat de laboratoire, sur le front duquel a été implantée une connexion USB.

Le vieux mâle finit par se prendre d’amitié avec Bastet. Il l’emmène à l’extérieur, dans les rues, la nuit. Et tandis que Paris est en proie à des actions terroristes répétées, Pythagore entreprend de démontrer à Bastet à quel point le destin des chats est lié à l’histoire de l’Homme.

Bernard Werber reprend ici un thème cher à son cœur : le monde vu et vécu par les animaux. Après les Fourmis, succès planétaire et littéraire, il se penche cette fois sur le monde fascinant des chats. Loin des mythologies et contextes intemporels déjà exploités par ailleurs, Werber décortique notre société en proie à la peur et à l’incertitude, malgré les nouvelles technologies censées nous simplifier la vie.

Son récit est une uchronie, une intrigue futuriste basée sur l’imprégnation au quotidien d’actes terroristes en plein cœur de Paris…L’Homme sera-t-il assez intelligent pour stopper cette infamie ? Félins et humains pourront-ils enfin communiquer et s’entraider ?

Si la couverture de « Demain les chats » est (en toute subjectivité) la plus belle de Bernard Werber, force est de reconnaître que ce titre ne marque pas outre mesure les esprits. Plaisant à lire, ce récit d’anticipation se veut accessible de par la simplicité de son style. Nous le verrions volontiers intégrer le programme scolaire d’adolescents. « Demain les chats »susciterait sans doute de passionnants débats sur notre société, son hyper-connectivité et l’ennemi mondial qu’est le terrorisme aveugle et fanatique.

Caractère piquant et humour sont contenus dans ces scènes où Bastet agit contre le gré ou le confort de sa maîtresse, mais dans les meilleures intentions du monde : apporter une souris en guise de cadeau ou déséquilibrer Nathalie en se frottant à ses jambes dans le but contraire…Les heureux serviteurs d’un félin ne regarderont plus vraiment leur dieu vivant de la même manière… !

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster