HISTOIRES VRAIES DE MAISONS HANTEES

BRASEY, Edouard et Stéphanie

Fantastique

Le Pré aux Clercs, Enquêteurs de l'étrange, 2011, 271 pages, 19 €

:) IL EST CACHE SOUS TON LIT... - critique complète

Couverture
Couverture du livre: HISTOIRES VRAIES DE MAISONS HANTEES

Le thème de la maison hantée est certainement un des sujets les plus largement traités par la littérature et le cinéma fantastique ; il est celui qui peut provoquer l’effroi le plus profond car il met le désordre dans le lieu intime par excellence : la maison, la famille.

Lequel d’entre nous n’a jamais expérimenté la sensation d’être observé, poursuivi – voire touché – par une entité invisible, qui, dans l’escalier qui mène à la cave, qui dans un couloir froid ? D’une manière personnelle, les histoires qui m’ont foutu la plus grande frousse sont « Amityville, la maison du diable » et « Paranormal activity ». J’ai beau être adulte, raisonné et avoir plus ou moins les pieds sur terre, je crois que la hantise aura toujours ce pouvoir, cette capacité de retourner le cœur et l’esprit et de faire vaciller nos convictions profondes, sur la vie, la mort, ce qui se passe après notre disparition.

Le livre du duo Brasey (voir aussi le « Traité de sorcellerie ») se compose de cinq chapitres contenant chacun une foule d’histoires étranges, déstabilisantes, démoniaques. Rédigés dans un style clair, aux accents journalistiques, tout en prenant soin de ne pas verser dans un sensationnalisme racoleur,  les récits sont tous, prétendument, tirés de faits réels. Je dis « prétendument » car il est clair que cette assertion est avant tout une accroche publicitaire. Dites-moi, rien dans cet ouvrage n’a réellement existé, hein ? Si ?

Que peut expliquer la persistance de la relation de phénomènes paranormaux au cours des siècles s’il n’y a pas, là-dessous, une quelconque part de vérité ? Edouard et Stéphanie Brasey nous invitent à un voyage temporel au pays de la peur : de 1465 à nos jours, les auteurs ont recherché sans relâche des narrations « avérées » dans les journaux d’époque, les documents ésotériques et les nombreux livres qui ont été écrits sur les esprits frappeurs, les maisons « inoccupées », les fantômes romantiques ou les objets possédés…

Que l’on y croit ou pas, l’important est de passer un bon moment avec la lecture de ce livre qui devrait faire tout son petit effet lors des toutes prochaines soirées d’hiver. Une simple lampe, un canapé muni d’une chaude couverture, et, dehors, la neige qui tombe et tombe encore, nous isolant, nous emprisonnant dans notre propre demeure. Nous vouant aux esprits qui y rôdent. Un délice. (EA)

Eric Albert

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster