LE FILS DE MANHATTAN : VOL D'AIGLE

GAREL, Bruno

Fantastique

Belfond (Paris), 2013, 311 pages, 19 €

:) BECS ET ONGLES - critique complète

Couverture
Couverture du livre: LE FILS DE MANHATTAN : VOL D'AIGLE

Cham Wickeware, publicitaire récemment limogé, vit à New York, en colocation avec un autre jeune homme. Le 21 décembre 2012, bien que jeune et athlétique, Cham fait un arrêt cardiaque en plein Times Square. C'est du moins ce qui lui arrive en apparence. Car, la réalité, fantastique et totalement impromptue, est toute autre : son esprit aurait voyagé dans le temps, bien avant la fondation de Manhattan, jusqu'à investir le corps d'un indien ! Il aurait été investi de la mission de retrouver un calumet sacré, d'en assembler les morceaux, cachés quelque part à New York, et qui serait indispensable à la réalisation d'une mission d'une importance capitale: éviter la destruction de Manhattan par un déluge de pluie et son invasion par les forces du Mal. Revenu en 2012, habité par l'esprit de l'indien, Cham se découvre des capacités étranges : il ne supporte pas la proximité de certains objets, ses cheveux grandissent de plus de trente centimètres en une nuit,...Alors que tout le monde le croit fou, alors que des incidents incongrus se produisent, touchant même ses propres parents, Cham va tout tenter pour atteindre ses buts. Mais la co-existence avec l'indien qui l'habite est des plus problématiques...

Avec ce livre, on nage entre deux eaux : d'un côté, happé par l'écriture fluide, on se plaît à laisser passer le temps ; de l'autre côté, on distingue bientôt l'aspect caricatural de certains personnages, les invraisemblances du récit. Tout en reconnaissant un certain art pour l' « écriture-harpon » (entendez par là une façon de vous accrocher d'emblée et de tout faire pour ne pas vous perdre en route), on en vient à penser aux romans de Graham Masterton (en particulier sa série « Jim Rook ») et à regretter que « le fils de Manhattan » prenne place quelques crans en-dessous de ceux-ci.

Une lecture mitigée donc, qui plaira davantage aux amateurs du chamanisme et divertira les autres, sans laisser cependant d'impérissables souvenirs. (EA)

Eric Albert

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster