FRENN : LES GUERRIERS DE L'ENCHANTEMENT

BERGHMANS, Claude

Fantasy

Editions du Masque d'Or, Fantamasques, 2012, 279 pages, 20 €

:) :) MERLIN REVU ET CORRIGE - critique complète

Couverture
Couverture du livre: FRENN : LES GUERRIERS DE L'ENCHANTEMENT

+2 Frenn, les guerriers de l’enchantement / Claude Berghmans. -Ed. du Masque d’Or, 2012. - 279 pages. - 20 euros.

Gaïa, un monde où la nature communique avec les hommes grâce à l’Enchantement. Certains hommes peuvent plier la nature selon leur volonté. Frenn, un garçon de 10 ans, ne le sait pas encore mais il va découvrir ce don malgré lui. L’arrivée des nains au village de Géniskar pousse Cern, le père de Frenn, à exhumer son passé et à fuir le village. En route, ils sont attaqués par des assassins. Pour sauver son père, Frenn déclenche la colère de la nature. Et c’est à ce moment que leurs aventures commencent. Aidés par le nain Rin et l’énigmatique mage Fébius, Frenn va découvrir la vérité sur ses origines et sur les merveilles de l’Enchantement sur les routes du Provins. Mais d’ancienne forces obscures préparent la guerre et veulent la mort de tous ceux qui essaieront de les en empêcher. C’est vers une quête dans des mondes oubliés que Frenn sera entraîné avec ses amis pour sauver le monde et ouvrir les yeux sur la vraie nature de Gaïa.

Une maison d’édition peu ou pas connue, un livre à la couverture simpliste faisant un peu penser au Seigneur des Anneaux, voilà la première impression que laisse ce livre. Un peu artisanal. Une fois dans le texte, on plonge bien dans un roman jeunesse de Fantasy au fil rouge classique : jeune héros aux pouvoirs exceptionnels aidés par un guerrier, un nain et un magicien. Le point original est ce concept d’Enchantement ou de la volonté de certains hommes à pouvoir plier la nature à leurs ordres, à mi-chemin entre la magie et les pouvoirs de l’instinct. L’histoire est très agréable à lire et propose pour une fois une autre vision de la magie. Mais certains défauts sont à signaler. L’orthographe n’est pas toujours parfaite et le texte est parfois ponctué de fautes de frappe. Ensuite, le déroulement du récit n’est pas toujours très clair et aurait mérité d’être revu. L’auteur avance par à coups des hypothèses qu’il ne résout pas au cours du récit et qui tombent dans l’oubli, nous laissant sur notre faim. Mais peut-être est-ce fait exprès ? En tout cas, une bonne histoire mais des corrections à apporter pour que le livre entier soit tout à fait agréable à lire. (LB)

Eric Albert

Commentaires

Le Masque d'Or est en bonne voie de se faire connaître, que l'on se rassure !

Le texte a été revu par l'auteur. Il serait illusoire de croire que, dans chaque maison d'édition, il y a des larbins qui sont payés pour corriger les fautes (s'il y en a, ce qui reste à démontrer). Mais toute correction est le fait de l'auteur ou celui d'un correcteur rétribué par l'auteur.

Thierry ROLLET il y a 4 ans

Le Masque d'Or est en bonne voie de se faire connaître, que l'on se rassure !

Le texte a été revu par l'auteur. Il serait illusoire de croire que, dans chaque maison d'édition, il y a des larbins qui sont payés pour corriger les fautes (s'il y en a, ce qui reste à démontrer). Mais toute correction est le fait de l'auteur ou celui d'un correcteur rétribué par l'auteur.

Thierry ROLLET il y a 4 ans

Wahou, un éditeur qui non seulement ne vérifie pas le texte qu'il publie, mais en plus charge ses auteurs... C'est un comportement plus que limite, et surtout très peu professionnel. On est pas loin de l'édition à compte d'auteur, là...

Rico il y a 2 ans

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster