Enfant terrible

Niven, John (Traduit par Peronny, Nathalie)

Littérature générale

10/18 (Paris), 2016, 384 pages, 8.4 €

:) :) :) Un retour aux sources mouvementé! - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Enfant terrible

Kennedy Marr est un écrivain notoire, auteur de 6 romans à succès et plus jeune finaliste du Booker Prize. Officiellement, ce petit génie est en train de préparer le roman suivant. Mais ça, c’était dans une ancienne vie. Kennedy n’a en réalité plus écrit de matière littéraire depuis 5 ans…

Vivant à L.A., il est scénariste et « script doctor », un job alimentaire peu valorisant qui consiste en corriger de mauvais scénarios de cinéma. Alimentaire est un euphémisme. Extrêmement bien payé, Kennedy n’est, là encore, pas très rentable. Immature et cynique, grand amateur d‘alcool et accro au sexe, Kennedy est un profiteur impénitent. En instance de divorce pour avoir baisé la meilleure amie de sa seconde épouse le jour de leur mariage, Kennedy est, soyons clair, sur le point d’être ruiné, acculé de toutes parts. Agent, manager et expert-comptable tentent de le mettre en garde, rien n’y fait : Kennedy court impitoyablement à sa perte, prenant tout par-dessus la jambe.

Le salut viendra peut-être du prix littéraire F.W. Bingham. Attribué tous les cinq ans à « un écrivain au mérite exceptionnel et reconnu », cette récompense octroie une somme substantielle en contrepartie d’une année de cours de littérature dispensés à l’Université de Deeping…Angleterre. Cette année, c’est sur Kennedy que ça tombe, s’il accepte le deal, bien entendu.

Irlandais d’origine, pressé par son frère de venir voir leur mère mourante, obligé de se rapprocher de Pinewood où se tourne un film à gros budget basé sur un de ses scénarios, Kennedy accepte de mauvaise grâce. S’extirper de son univers hollywoodien et luxueux pour s’enterrer chez les péquenots sauvera-t-il Kennedy de lui-même ? Tandis que l’Université de Deeping croule sous les nouvelles inscriptions – Kennedy est une telle célébrité ! -  sa première épouse, Millie, ne voit pas du tout d’un bon œil cette perspective : docteure en littérature médiévale et maître de conférences, c’est précisément à  Deeping qu’elle enseigne…Kennedy fera-y-il amende honorable pour passer enfin un peu de temps auprès de sa fille adolescente, Robin, et de sa famille ?

Il faudrait un véritable électrochoc pour que Kennedy Marr se détourne enfin des flammes de l’enfer au profit de ce qui est véritablement important. Pourtant, dès les premières pages, on se sent pris d’affection pour ce pécheur impénitent, continuellement bourré de sarcasmes et de substances diverses. Jamais vulgaire ni caricatural, le récit vogue entre colère et comique de situation, désir de se sentir vivant et bourdes monumentales. Pourtant Kennedy est un personnage extraordinairement attachant, malgré sa suffisance envers ses semblables. John Niven, qui a longtemps travaillé dans l’industrie musicale, a réussi en tout point ce premier roman, qui ne manque pas de profondeur. On brûle déjà de découvrir le second, « Old school », le récit de deux Thelma et Louise sexagénaires…

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster