Junky

Burroughs, William (Traduit par Cullaz, Catherine)

Littérature générale

Gallimard , Folio, 2017, 339 pages, 7.7 €

:) :) :) Sociologie de la drogue au XXè siècle, à redécouvrir - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Junky

Junky est paru en 1953 à New York, alors que l’auteur avait 37 ans. Le premier roman de William S. Burroughs retrace le parcours urbain d’un camé, avec la précision et le caractère ethnographique que l’on pourrait attendre d’une autobiographie. Bill, le narrateur, est le double romanesque de Burroughs, dont tous les ouvrages traitent de près ou de loin de la drogue. Ils sont indissociables.

Bill a commencé à se droguer par hasard, sans que personne ne lui en fasse subir la pression. Fils de bourgeois, devenu petit délinquant par ennui, il vit en désœuvré jamais à court d’argent. La drogue représente la première motivation de sa vie à en gagner plus. Bill débute par la morphine, obtenue sur ordonnance, ensuite sa consommation évolue. Ce récit des premières années de dépendance à l’héroïne constitue à lui seul une encyclopédie de la drogue au XXè siècle, tellement les produits évoqués sont légion. Le directeur et préfacier de l’ouvrage, Oliver Harris précise « Nous avons aussi, influencée par les études d’anthropologie faites par Burroughs à Harvard, puis à l’université de Mexico, une manière d’enquête ethnographique sur le terrain, qui étudie en détail les territoires et les usages de diverses sous-cultures urbaines américains, dont l’auteur décrit l’émergence ou le déclin dans l’immédiat après-guerre. » De fait, d’un point de vue sociologique, l’ouvrage est assez révélateur.

« Junky » est le roman sur la drogue du XXè siècle, il est un témoin de son temps, écrit par un des principaux représentants de la Beat Generation. Dans sa longue préface, Oliver Harris remet également les points sur les i, face à une œuvre qui a subi maints pillages et interprétations. Dans quelle mesure « Junky » est-il autobiographique ? Pourquoi le titre de « Junky », alors que l’ouvrage s’intitulait initialement « Junk » (titre que Burroughs revendiquait), puis « Junkie » ? Enfin, qu’a de complet cette nouvelle édition par rapport aux anciennes versions expurgées ? Outre l’intéressante préface d’Oliver Harris, le texte a été augmenté notamment par le chapitre 28 de l’édition originale (rejeté par l’auteur lui-même), plusieurs correspondances de William S. Burroughs évoquant l’ouvrage, une évaluation d’Allen Ginsberg himself, un des membres fondateurs de la Beat Generation, ainsi que de nombreuses annotations. 

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster