Le cirque de la solitude

Galy, Nadia

Littérature générale

Albin Michel, 2018, 280 pages, 18 €

:) Immersion dans la mentalité corse - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Le cirque de la solitude

Jacques est depuis peu président de la Collectivité territoriale corse. La mort d’un ouvrier clandestin sur son domaine viticole va chambouler son existence. L’homme a été renversé par son contremaître, et enterré par le père de Jacques dans la propriété…

Tiraillé entre son destin politique, auquel il croit, et son sens aigu de la famille, Jacques va devoir faire des choix.

Nadia Galy, d’origine algérienne, a épousé un haut fonctionnaire corse. Expert judiciaire et architecte, elle publie avec « Le Cirque de la solitude » son quatrième roman. Elle y transpose les problématiques, contradictions et fiertés des insulaires. Certains propos et la longue introduction faisant référence à la mère de Jacques, figure charismatique de l’île (les Corses traditionnels vénèrent leur mère), peuvent refroidir le lecteur distrait ou peu convaincu de son choix. Il faut attendre le tiers du livre pour entrer dans le vif du sujet, à savoir la mort du clandestin. C’est dire si l’intrigue se laisse enrober, installer dans l’atmosphère adéquate. A vous de voir si vous êtes pressé…

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster