Les enfants de l'araignée

Tamura, Mario

Manga

Casterman, Sakka, 2017, 408 pages, 27 €

:) :) :) Se débattre sans se faire piéger dans la toile - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Les enfants de l'araignée

Le compte à rebours sonne, pour rejoindre l’école. Tout commence comme chaque début de semaine pour un groupe d’ados qui courent contre le temps pour ne pas arriver trop tard à l’école. Mais, pas de bol, ils sont chopés par les surveillants et la sanction tombe aussitôt : le cachot !

On quitte aussitôt le sentiment d’un manga actuel pour se plonger dans une histoire de société futuriste, post-apocalyptique…

Les ados parviennent alors à s’évader de cette forteresse pour découvrir peu à peu le destin morbide auquel ils étaient destinés.

En quête de sens, entourés de personnages dignes des délires les plus japonais, Sorano, Kenji et les autres vont suivre les ombres vers la cité d’en haut pour tenter de retrouver l’auteur d’un message codé qui appelle au ralliement et enfin mettre un terme à cette société qui se tisse autour d’eux comme une toile d’araignée.

Mais l’anarchie, la quête du pouvoir, les trahisons et les mystérieux soldats sont autant de pièges qui jonchent le chemin de la rébellion.

Recueil cartonné de 400 pages des différents actes parus dans la revue mythique Manga Erotics F, cette fable d’anticipation de Mario Tamaru est aussi vénéneuse que la bête qui sommeille au cœur de la société d’en bas…

Un style graphique bien maitrisé mais une ligne narrative en dent de scie ou tous les personnages ne trouvent pas toujours leur place. Et l’érotisme cher à Tamura présente les filles bien souvent dénudées face à des hommes toujours correctement vêtus… Tour cela ravira certainement les fans du genre sans me laisser un souvenir inoubliable.

MULLIER, Pierre-Emmanuel

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster