Nabi : Prototype; Nabi : volume 1

Kim Yeon-joo

Manga

Dargaud, 2009

:) NABI SPECIMENS - critique complète

-1 Nabi : Prototype / Kim Yeon-joo. – Dargaud, 2009. – 168 pages. – (Made in). – 18,50 euros. – Sens de lecture coréen/occidental.

Ce one-shot est en fait le volume 0 de la série Nabi (voir critique suivante). L’auteur est une jeune coréenne issue d’une génération montante de manhwagas (ceci n’est pas une faute : « manga » est japonais, « manhwa » coréen).

Elle a livré ce recueil de nouvelles en édition coréenne en 2005, avant de développer certains personnages qui seront essentiels dans la série Nabi. Son style est déjà délicat et raffiné, et les beaux grands yeux des personnages jalonnent les planches. Mais les aventures qui sont contées présentent finalement peu d’intérêts : disputes et caprices ne semblent que prétextes graphiques, et les pages tournent sans que finalement grand-chose se passe. Mieux vaut se consacrer à la série Nabi en elle-même !

 

+1 Nabi : volume 1 / Kim Yeon-joo. – Dargaud, 2010. – 158 pages. – (Made in). – 18,50 euros. – Sens de lecture coréen/occidental.

D’origine noble, Dame Sabu dirige la Maison du Lotus recueillant les orphelins de guerre et les enfants abandonnés.  C’est ainsi qu’elle a ramené, il y a bien longtemps, un enfant blessé dans ses bras. Son sang maculait sa veste blanche. Elle la soigna et la nomma Myo-un.

Des années plus tard, c’est au tour de la jeune fille de ramener un étranger trouvé inanimé dans la neige. Il prétend que son nom est Mumyeong, « sans nom » en coréen. Porteur d’une mission particulière, il en fait part à Dame Sabu : Pour son maître qui est cruel mais aussi lâche, il doit retrouver un enfant échappé d’un massacre, dix-sept ans auparavant, pour l’emmener et le tuer. Son maître, responsable du massacre, serait alors enfin tranquille quant aux désirs de vengeance de l’enfant devenu adulte. Sous la menace, Dame Sabu lui permet de rester durant cinq jours dans la Maison du Lotus, et de choisir celui ou celle qui lui conviendra…

On a dès le départ la nette certitude que toute la joie de vivre et les chamailleries bon enfant qui ponctuent la vie à la Maison du Lotus trouveront fin sous les armes et le sang. Malgré cela, le style graphique de Kim Yeon-joo est encore plus léger et poétique que dans Prototype. L’intemporalité et la beauté des personnages changent des mangas au cadre strictement scolaire, et des personnages aux faciès grimaçants, typiques d’un genre très codifié. Les Coréens semblent décidément procéder autrement et c’est tant mieux (voir par exemple Park Hee Jun ou, dans un genre plus traditionnel Kim Dong-hwa…). Nabi signifie « papillon » en coréen. C’est vrai que les personnages en ont la grâce.

En plus d’une belle jaquette (comme pour Prototype), la très bonne collection Made in nous fait cadeau d’une belle double page couleurs à déplier !

La série est en cours en Corée : on peut déjà s’attendre à 6 volumes en français dans les prochains mois ! (B.M.)

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster