A vol d'oiseau

JOHNSON, Craig (Traduit par Aslanides, Sophie)

Policier & Thriller

Gallmeister, Noire, 2016, 360 pages, 23.8 €

:) :) :) En territoire indien - critique complète

Couverture
Couverture du livre: A vol d'oiseau

C’est par hasard qu’ils assistèrent à la chute. L’endroit était plutôt désertique, montagneux et en tous cas, peu fréquenté. Le sheriff Walt Longmire et son ami de toujours, Henri Standing Bear entendirent d’abord un cri, puis levant la tête, ils virent le corps tomber du sommet de la colline, rebondir et disparaître derrière un bosquet. Lorsqu’ils finirent par la retrouver, la malheureuse victime affichait une posture qui ne laissait planer aucun doute sur son état. Ce n’est que quelques instant plus tard que Walt et Henri entendirent les pleurs d’enfant.

Hors de son territoire, Longmire ne pensait pas devoir traîner dans le secteur, ce qui l’arrangeait bien, il avait un mariage à organiser –celui de sa fille Cady- et les choses avaient pris un certain retard. Il contacta donc la police tribale et le FBI en s’attendant à devoir remplir un rôle de simple témoin. La personnalité volcanique de Lolo Long, la nouvelle chef de la police tribale, la mit illico en froid avec l’équipe du FBI, dont le responsable était plutôt du genre coulant, surtout avec Longmire. Cet élément, en plus du manque d’expérience et de l’équipe réduite à un seul adjoint de sa nouvelle consœur, titilla la conscience professionnelle du sheriff. Il décida de l’assister dans cette affaire, avec l’aide de Henri. Les premiers éléments recueillis pointaient vers les habitants de la réserve. C’est dans un écheveau de relations complexes d’inimités et d’envies de revanche dans lesquelles les liens du sang jouent un rôle prépondérant que vont devoir se plonger les enquêteurs.

Les précédentes enquêtes de Walt Longmire nous avaient habitués à côtoyer des Indiens aux noms colorés. Plus que de simples figurants destinés à donner une teinte locale à ses intrigues, ils se révèlent à chaque fois des acteurs à part entière, assumant des rôles à cent lieues de tout manichéisme et offrant un tableau de leurs croyances et de leur philosophie envers lesquelles Longmire ne cache ni son étonnement ni son admiration. Cette fois encore, Johnson va plus loin. L’enquête ayant pour cadre unique la réserve, les seconds rôles habituels sont absents, les seuls points de repère de Walt se limitent à Henri et à Cady. Loin d’en affecter les capacités d’enquêteur et la ténacité, cet éloignement va par contre mettre en évidence ses qualités humaines. Ses dons d’intégration, de compréhension et d’empathie vont, en ces lieux imprégnés de tension relationnelles susceptibles de se muer en violence physique, faire des merveilles. Et l’art de Craig Johnson de raconter de sacrées bonnes histoires de faire le reste : un humour omniprésent, fin et dans lequel chaque signe de ponctuation occupe sa juste place, une cohérence et une vraisemblance générale de son intrigue, sans oublier une galerie de personnages d’une profondeur psychologique toujours surprenante. Encore une fois, Johnson nous entraîne avec brio vers son pays imaginaire, un pays dans lequel il fait bon être humain au milieu des autres humains et de la nature. On s’y sent tranquille, à sa place et on le quitte avec regret pour replonger dans le nôtre. 

Nicolas Fanuel

Commentaires

J'adore les livres de Craig Johnson :)

Léa Touch Book il y a 2 ans

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster