Cobayes

COOK, Robin (Traduit par Reignier, Pierre)

Policier & Thriller

Albin Michel, 2017, 544 pages, 22.5 €

:) Sommeil de mort - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Cobayes

A chaque été son Robin Cook. Depuis plus de quarante ans, l’auteur américain – à ne pas confondre avec son homologue anglais – nous file notre dose de paranoïa à haute dose en imaginant les pires arnaques, manipulations cachées et autres expérimentations secrètes fomentés par des médecins toujours très qualifiés mais à la limite du Dr Foldingue.

Depuis « Morts suspectes » (« Coma » au cinéma avec Geneviève Bujold), Robin Cook a gagné ses galons de meilleur romancier de thriller médical. Comme une dose de vitamines, chacun de ses romans sonne comme une prescription familiale. Rien de tel qu’un Cook pour retrouver l’atmosphère des vacances et se retrouver en terrain connu, avec ses repères, ses manies et ses…grosses ficelles.

Au fil du temps, certains peuvent penser – et j’en suis – que le vénérable monsieur a peut-être fait le tour de la question et de son inspiration. Car « Cobayes » semble emprunter de-ci, de-là, des éléments narratifs à d’anciens titres. Rien de bien répréhensible, surtout pour les lecteurs qui ne suivent pas la production de l’auteur à la lettre (sic !) mais on est clairement dans un jeu littéraire routinier, une certaine facilité.

Un jeune homme sportif et en bonne santé ne se réveille pas d’une banale opération du genou. Pour les médecins, des complications opératoires inattendues sont la cause de son coma profond, vraisemblablement irréversible. Pour la petite amie de la victime, étudiante en médecine, il s’agit clairement d’une erreur médicale. Avec la complicité d’un autre élève de la faculté, elle entame une enquête discrète afin d’en savoir plus sur la condition de son amoureux. Elle ne tarde pas à découvrir que ce coma n’est pas le seul cas enregistré dans cet hôpital à la réputation pourtant affirmée. Les patients sont tous transférés à un moment ou à un autre dans une aile reculée de l’institution. Derrière les façades anodines se trame peut-être l’orchestration d’un scandale médical impliquant de hauts responsables des sphères de la santé, de la pharmacie et de la recherche scientifique. La recherche d’informations menée par les étudiants semble indisposer clairement quelques professionnels prêts à tout pour camoufler les exactions menées sur les cobayes involontaires. La marche de manœuvre se rétrécit, la tension monte.

De ce voyage en terrain connu, on ressort satisfait d’avoir lu une histoire qui tient la route – pour autant qu’on puisse suivre toutes les implications médicales, chirurgicales, pharmaceutiques et autres avec leur vocabulaire particulier – mais avec un sentiment mitigé quant au temps accordé à la lecture d’un roman qui n’amène pas pour autant de surprises ou de réelles qualités littéraires.

Eric Albert

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster