Exécutions à Victory

Zahler, S. Craig (Traduit par Sophie Aslanides)

Policier & Thriller

Gallmeister, 2015, 480 pages, 18 €

:) :) Descente de flics - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Exécutions à Victory

Parce qu'il s'est montré un peu rude avec un citoyen, l'inspecteur Jules Bettinger se voit muté dans la ville la plus criminogène du pays : Victory. Lorsqu'il y débarque avec femme et enfants, c'est surtout le froid qui marque Bettinger : à côté de son Arizona natal, cette ville du Missouri semble tout droit sortie d'une lointaine contrée nordique. Par après, en se rendant pour la première fois dans son nouveau commissariat, Bettinger comprendra à quel point la réputation de coupe-gorge de la ville n'est pas usurpée : barrage de voyous sur la route, bâtiments délabrés, sentiment perpétuel de menace latente : la cité semble abandonnée et hors de contrôle. Très vite, il ressent la menace dont lui ont parlé ses nouveaux collègues : ici, les flics ne sont pas bien vus et ils se font descendre bien plus vite qu'ailleurs dans le pays. Une seul moyen pour espérer tenir le coup : se serrer les coudes, faire confiance et se couvrir. Pas facile lorsque vous soupçonnez votre nouvel équipier de manger à tous les râteliers. Et pourtant, lorsque leurs premiers collègues tombent sous les coups de ce qui apparait comme une nouvelle bande organisée, Bettinger ne va pas tarder à choisir son camp.

Polar noir pur jus, « Exécutions à Victory » marque d'abord par son ton enjoué, ses répliques et pensées qui puisent résolument dans un humour ravageur, à l'ironie mordante et puissamment revigorante. Par exemple, lors de la première rencontre entre Bettinger et son nouveau chef, alors que celui-ci le complimente : « je n'ai pas l'impression que vous soyez un connard », Bettinger lui répond : « donnez moi le temps ». Quelques minutes plus tard, en guise de bienvenue sans doute, son nouveau coéquipier lui lance : « vous êtes plus noir qu'une putain d'éclipse ». Toutefois, au fur et à mesure de la progression de l'intrigue, ce côté comique va s'estomper pour laisser toute la place à la plongée dramatique que vont connaitre les flics de Victory. Si l'on se croyait au début dans un roman à la croisée d'Ed McBain et de Quentin Tarantino, ces deux influences vont progressivement se teinter d'une noirceur qu'ils revendiquent certes, mais sans doute pas de façon aussi approfondie. Soyez prévenu donc, avec « Exécutions à Victory », si l'on ne s'ennuie pas, si les personnages gagnent très vite en cohérence et en crédibilité, si l'humour et la droiture de Bettinger nous réchauffent bien souvent le coeur, on nage en plein roman noir. Excès de violences, personnages exubérants et autres situations dantesques seront donc de la partie, revendiquées comme telles et, pourvu que l'on ait le coeur accroché et l'esprit ouvert à ce genre de réjouissances, on en sortira ravi !

Nicolas Fanuel

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster