Fay

BROWN, Larry (Traduit par Lemoine, Daniel)

Policier & Thriller

Gallmeister, 2017, 560 pages, 12 €

:) :) Le malheur à la peau - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Fay

Fay a 17 ans. Elle a grandi au sein d’une famille d’ouvriers agricoles itinérants. Son père boit et a tenté de la violer. Pour échapper à cette existence insécurisante, Fay s’enfuit sur les routes du Mississippi. Vierge de toute expérience, sociale ou autre, mais dotée d’atouts physiques flatteurs, Fay s’expose de façon totalement imprudente aux rencontres hasardeuses.

Heureusement, elle tombe rapidement sur Sam, un policier au grand cœur. Très vite cependant, on devine que l’existence de Sam et de son épouse Amy n’est pas simple. Ils vivent dans l’ombre de leur fille disparue, tandis que Fay se laisse gâter, sans avoir conscience d’avoir un rôle sombre à jouer dans l’échiquier. Effectivement, le bonheur est de courte durée. Les évènements s’enchaînent, prévisibles, jusqu’à jeter de nouveau Fay sur les routes, enceinte cette fois.

 Cette part du récit concerne une première partie. D’autres suivront, et Sam, parti à la recherche de Fay, reste partie prenante de l’histoire.

Les habitués de l’auteur originaire du Mississippi auront reconnu Fay. Elle apparaît déjà  dans « Joe », et y quitte effectivement sa famille.

L’écriture de Larry Brown se veut minutieuse, factuelle. Passage pris au hasard : « Il mit le contact, ferma la portière, fit demi-tour sur l’accotement, puis démarra, éteignit les gyrophares, et reprit la route de la ville. » Et c’est ainsi durant des lignes entières, remplies d’actions anodines réalisées par des personnages qui constituent des solitudes, entourées de non-dits. C’est cette incapacité à communiquer qui jettera Fay une fois de trop sur la route.

Mais revenons un instant au style de Brown. De nombreuses scènes sont explicitées, sans que l’on sache ce qu’elles apportent réellement au récit. Scènes de violence gratuites, notamment lors des interventions de Sam dans le cadre de son métier. Signalons que l’auteur fut pompier, ce qui explique la profusion de détails dans ce type d’actions. On pense à ce chien policier, livré à une mort certaine et qu’on imagine évitable. Sans doute pour signifier au lecteur que le monde est cruel, et souligner a contrario l’innocence de l’héroïne ?

Car malgré tout, Fay surprend par sa naïveté et son incapacité à prendre en main son existence. Jeune femme inadaptée de par son enfance itinérante – elle n’avait jamais vu un film – Fay séduit autant qu’elle irrite. Sans doute parce que le lecteur comprend vite que le malheur colle à Fay. Trouver le bonheur sera difficile.

Notez que Larry Brown nous avait déjà fait vibrer avec « Père et fils », qui avait récolté 3 smileys Encre Noire !

 

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster