HECATE

JACCAUD, Frédéric

Policier & Thriller

Gallimard , Série Noire, 2014, 130 pages, 9 €

:) :) DESCENTE - critique complète

Couverture
Couverture du livre: HECATE

Court texte suffocant, « Hécate » prend comme point de départ un fait divers réel : la découverte à Ljubljana en 2010 du corps d'un médecin dévoré par ses trois chiens. C'est sur cette base que Fédéric Jaccaud tisse un intrigue -fictive de bout en bout- de laquelle sourd une violence crue, souvent exprimée de manière très explicite. Cherchant à comprendre les origines de cette mort, il met en scène principalement deux personnages : celui d'Anton, un simple flic en uniforme présent sur la scène de crime et celui de Milena, dont il retrace la douloureuse enfance dès le début des années '70 dans un village paumé d'Europe de l'Est. Anton est traumatisé par le cadavre, par l'appartement et sa décoration minimale et sombre, et par les 3 chiens. Progressivement, l'événement le posséde, au point de changer complètement de comportement avec sa petite amie, de devenir taiseux et de ne plus s'intéresser qu'à l'affaire, à chercher à la comprendre, à analyser le tableau de William Blake qui trônait dans l'appartement, d'en creuser chaque élément mystérieux. A peine pubère, Milena, quant à elle, vit un enfer : sa famille, démunie et à l'affut de la moindre source de revenus, se sert véritablement d'elle, l'exploite, tout simplement pour faire rentrer de l'argent pour manger. En grandissant, son esprit se détache de son corps qui la dégoute et qu'elle observe véritablement se faire utiliser, non sans souffrance. Contre toute attente, les deux trajectoires, par la magie de la littérature, se fracassent l'une en l'autre, laissant le lecteur entre effarement et incompréhension.

Même si aucune des scènes de « Hécate » n'est d'une horreur inédite (on a par exemple lu le même genre d'atrocités dans les romans d'Antoine Chainas), c'est bien un sentiment de dégoût profond qui surnage lorsque l'on le referme. L'origine de ce sentiment est sans doute à chercher dans ce que factuellement l'auteur nous raconte, la véritable descente aux enfers des deux personnages, leur quête -incompréhensible pour le commun des mortels- d'une espèce de beauté dans l'horreur, à moins que ce ne soit l'inverse. Mais elle est également, et de manière encore plus certaine, à chercher dans le style hors-norme de Frédéric Jaccaud, extrêmement maîtrisé, fait de longues phrases, mises en valeur par un vocabulaire riche, donnant à son texte un très puissant pouvoir d'évocation. Loin du ronronnement trop fréquemment rencontré dans la littérature policière, « Hécate » vibre dans les basses, triture douloureusement et scalpelise sans équivoque. (N.F.)

Nicolas Fanuel

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster