L'ombre des chats

THORARINSSON, Arni (Traduit par Bourré, Eric)

Policier & Thriller

Points, 2015, 384 pages, 7.7 €

:) Suicide collectif - critique complète

Couverture
Couverture du livre: L'ombre des chats

Einar, journaliste d’investigation dans un journal qui se nourrit de faits divers, assiste à un mariage entre deux homosexuelles en tant qu’invité de deux amies lesbiennes. Parmi les présents offerts aux mariées, un pénis nageant en plein formol dans un bocal. Une blague de bien mauvais goût! Einar pense toutefois qu’il s’agit de plus que cela. Car, à qui appartient le malheureux membre ? Parallèlement, des sms coquins à l’orthographe douteuse lui sont envoyés anonymement. Mais trêve de plaisanterie. Hannes, le rédacteur en chef du journal, souhaite qu’Einar enquête sur le parti socialiste de Reykjavik. Un sujet qui peut potentiellement faire grand bruit…Peu après, une des jeunes mariées est retrouvée morte en compagnie d’un ami d’enfance. Les premières conclusions semblent mener vers un suicide collectif assisté par ordinateur.

Le roman policier est avec l’anticipation le genre idéal pour décrire les déviances et affections d’une civilisation donnée à une période bien précise. A l’instar de son compatriote Indridason, l’auteur islandais Thorarinsson critique la société contemporaine de son pays à travers le polar. La mondialisation et les effets sur la population islandaise en 2012 (année d’écriture du livre) en est le premier exemple dans cette 5è enquête d’Einar. Sont abordés en vrac les thèmes de la déontologie de la presse, de sa liberté, via le personnage atypique d’Einar, de l’homosexualité féminine (clairement bafouée lors du mariage en scène d’ouverture), du respect de la vie privée, des nouvelles technologies et des dérives possibles quant à l’information tous azimuts et la manipulation psychologique dont elle peut faire l’objet.

Nous le constatons, beaucoup de thématiques et d’affaires s’entremêlent. L’auteur prend son temps et les différents éléments prennent place sans problème. Personnages haut en couleurs, désinvolture et sens de l’ironie étudiés de notre journaliste narrateur,…Beaucoup d’ingrédients aptes à rendre la lecture agréable. Pour notre part, les scènes sont toujours un peu longuettes chez Thorarinsson, et l’intérêt s’émousse rapidement, nuisant à l’efficacité du polar…   

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster