LA CLOCHE DU LEPREUX

Tremayne, Peter (Traduit par Prouteau, E.)

Policier & Thriller

10/18 (Paris), Grands Détectives, 2009, 351 pages, 7.9 €

:) :) Une cloche sonne, sonne... - critique complète

Couverture
Couverture du livre: LA CLOCHE DU LEPREUX

14ème rendez-vous avec soeur Fidelma et frère Eadulf, lassitude viendras-tu ?...Qui l'eut cru, absolument pas.

Nous retrouvons donc nos deux héros à la fois plus proches et plus éloignés l'un de l'autre que jamais, après bientôt un an de « mariage » à l'essai, ils vont devoir prendre une décision quant à leur futur oui mais voilà que leur fils, le petit Alchù disparaît mystérieusement après le meurtre de sa nourrice (et en l'absence de ses parents)...Qui aurait pu imaginer soeur Fidelma démunie devant une énigme, elle toujours si pragmatique, d'un calme à toute épreuve et dotée d'une intuition que beaucoup lui envierait? Pas elle, sans doute et pourtant. Cette cruelle épreuve, où nombre de personnages secondaires qu'ils soient soldats, forains, bergers, ancienne prostituée ou encore médecin venu de Perse sans oublier un mystérieux lépreux vont croiser le chemin de son enquête, va mettre à rude épreuve son bon sens légendaire sans oublier de mettre plus à jour encore les tensions au sein de son couple.

Tout en finesse et rebondissements, même si parfois certains éléments deviennent vite évidents, ce nouveau tome foisonne toujours autant d'éléments liés tant à la psychologie des personnages qu'aux sources historiques.

Peter Tremayne a créé des personnages plus qu'attachants évoluant dans une époque des plus riche tant au plan spirituel, culturel que social. Documenté de façon magistrale (mais non, mais non, je n'exagère pas), il éclaire d'un jour nouveau cette période de l'histoire que l'on a souvent présentée comme plutôt sombre (quoique, à bien y réfléchir, elle l'était).

L'écriture de Peter Tremayne est toujours aussi rythmée, attachée aux détails sans pourtant alourdir le récit et il faut l'avouer non dénuée d'un certain humour.

Pour les esprits prompts à sauter aux conclusions, je crois que cet opuscule démontrera une nouvelle fois que tout n'est pas aussi évident qu'on pourrait le croire, quoique...

Etonnerais-je qui que ce soit en disant que j'ai passé plus qu'un moment agréable en lisant ce roman? C'est peu probable.

Du parti prix moi? Mais non, mais non ou juste un peu, une période historique qui m'a toujours intéressée, dans un pays dont les racines seraient à retrouver dans le nord de l'Espagne (cfr Le pélerinage de soeur Fidelma – 10/18, 2007 – 10/18; 4017; Grands Détectives) une héroïne au caractère bien trempé, d'une intelligence vive et pourtant si aveugle parfois quand elle est la première concernée, une femme, une mère, un compagnon tout aussi doué mais plus « discret » tout pour plaire.

Bonne lecture en compagnie d'un irish coffee. (Sam)

P.S. : Si comme moi, vous avez succombé au « charme » des aventures de soeur Fidelma et frère Eadulf, que l'anglais ne vous pose pas trop de problèmes, n'hésitez pas à consulter le site www.sisterfidelma.com. Il éclairera peut-être votre lanterne comme il l'a fait pour la mienne et vous fera patienter jusqu'à la prochaine mission de nos deux détectives en robes de bure (ou presque).

Anne-Marie Suarez

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster