La mort au festival de Cannes

AUBERT, Brigitte

Policier & Thriller

Points, 2016, 288 pages, 7.1 €

:) :) Un polar d'actualité idéal, en ce mois de mai - critique complète

Couverture
Couverture du livre: La mort au festival de Cannes

Cannes ! Son festival, ses paillettes, ses stars sur la Croisette…Elise Andrioli, qui a grandi dans un cinéma de quartier, se réjouit d’y être accueillie en tant qu’invitée. Son histoire, narrée dans le livre « La mort des bois », vient d’être adaptée au cinéma avec Jodie Foster dans son rôle, et Whoopi Goldberg dans celui de sa dame de compagnie, Yvette, qui pousse sa chaise…Elise est en effet tétraplégique, aveugle et muette ! Sa seule façon de communiquer avec l’extérieur est un clavier performant, qui transmet ses pensées via une voix synthétique. Ca n’empêche pas Elise d’être très réceptive à son entourage, elle qui a dû affiner d’autres sens suite aux séquelles d’un attentat terroriste.

Cannes, donc ! Elise s’y rend en tant que membre du Jury Jeunes Talents. Le soir de son arrivée, un cocktail dédié à cette compétition la confronte aux autres membres du jury. Tous viennent d’horizons divers : un ex-sportif, une poétesse, un homme de théâtre, un homme du Conservatoire…Quelques adolescents surdoués et leurs parents assistent également aux mondanités.

Entre les diffusions des films en compétition et les réceptions ponctuant les soirées cannoises, le temps passe, plus lentement pour certains. Jusqu’à ce que la poétesse ait la mauvaise idée de mourir dans une piscine. Elle ne sera pas la seule à quitter le festival les pieds devant…

Le capitaine de police Kevin Isidore n’y comprend goutte. Heureusement, Elise est là pour lui prêter main forte !

Brigitte Aubert est discrètement évoquée (« B.A. ») par son personnage dont l’histoire a été narrée dans un livre par l’écrivaine. Les deux femmes partagent également une bonne connaissance du milieu cinématographique, et de la faune cannoise en particulier. Brigitte Aubert est née à Cannes ; ses parents y exploitaient un cinéma. Elle-même a embrassé une carrière dans l’exploitation cinématographique, parallèlement à l’écriture de polars.

Son héroïne, dont c’est ici la troisième enquête, est dotée d’un mental qui compense largement ses impossibilités physiques. Sans cesse attentive à son environnement, Elise ne détecte en apparence qu’une partie de la réalité (Heureusement, Yvette est une très bonne descriptrice). Le lecteur est lié à son état, puisqu’elle est notre narratrice.

Elle constitue une très bonne compagnie pour explorer les coulisses de Cannes ! Humour, cynisme, rebondissements nombreux…Un très bon polar à lire sur la plage…cannoise.

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster