LE DERNIER LAPON

TRUC, Olivier

Policier & Thriller

Métailié, Noir, 2012, 452 pages, 22 €

:) Quand revient le soleil - critique complète

Couverture
Couverture du livre: LE DERNIER LAPON

Alors qu’après quarante jours de nuit complète, la réapparition du soleil se précise en Laponie centrale, la bourgade de Kautokeino devient le théâtre de mystérieux évènements. Le vol d’un tambour chaman tout d’abord. Celui-ci venait d’être légué au musée de la ville par un explorateur français ayant participé à diverses expéditions menées par Paul-Emile Victor. Même s’il s’agissait d’une pièce rare, le conservateur du musée affirme ne pas comprendre ce vol : l’objet est tellement particulier que la nouvelle de son vol sera rapidement connue du petit monde des collectionneurs, compromettant par là-même ses chances de revente. Quelques jours plus tard, c’est une affaire bien plus sordide et plus rare encore dans la région qui secouera les habitants : le meurtre d’un éleveur de rennes, suivi de la mutilation de son cadavre. Même si le poste de police local dispose bel et bien d’un inspecteur, ce sont en l’occurrence deux agents de la ‘Police des Rennes’ qui vont le plus s’intéresser aux deux affaires : Klemet, un Lapon pur souche doté d’une solide expérience et Nina, jeune policière intégrée depuis 3 mois. 

Dense et très documenté, ce premier roman d’Olivier Truc –un journaliste spécialiste des pays nordiques et baltes- attire d’emblée la sympathie. Les personnages, pourtant nombreux, se révèlent tous solidement campés et crédibles. Klemet, Nina et, un peu plus tard, Aslak, le fameux ‘dernier Lapon’ s’avèrent particulièrement réussis, tant l’auteur parvient à les fondre avec la profession et l’histoire personnelle qu’il leur a imaginés et à les mouvoir en toute légitimité dans cet environnement si particulier qu’il maîtrise à la perfection. Même si elle se situe en une terre bien peu connue sous nos cieux européens, l’intrigue passe par les points de repère habituels dans le monde du polar : antagonismes hiérarchiques au sein de la brigade, pressions politiques, écolage d’un jeune policier par un agent aguerri et irruption d’intérêts financiers et économiques. Là où l’auteur se démarque, c’est dans son souci de restituer la situation politique et sociale actuelle en Laponie : la population semble s’y débattre entre respect des traditions et du cadre environnemental, et intégration dans la modernité, au risque d’y perdre son identité. Au final, une intrigue comportant parfois certaines longueurs et manquant d’un brin de nervosité mais qui dénote l’honnêteté et la passion de son auteur. (N.F.)    

Nicolas Fanuel

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster