LE TEMPS DU LOUP

KANGER, Thomas (Traduit par Sinding, T.)

Policier & Thriller

10/18 (Paris), 2010, 333 pages, 7.9 €

:) :) 30 jours d'enquête - critique complète

Couverture
Couverture du livre: LE TEMPS DU LOUP

L’inspectrice Elina Wiik prit la nouvelle en pleine face : Oskar Karnlund, son ami et mentor venait d’être emmené aux soins intensifs. Karnlund était l’ancien supérieur hiérarchique d’Elina. Il était pensionné depuis 6 mois à peine et Elina trouvait ce coup du sort profondément injuste. Elle passa plusieurs jours au chevet de son ami inanimé, se relayant avec l’épouse de celui-ci. Lorsque Karnlund reprit conscience, il ne tarda pas à évoquer une vieille affaire avec Elina. Vingt-cinq ans plus tôt, le corps d’une jeune femme étranglée avait été retrouvé dans les bois de Norbotten. Lorsqu’elle fût identifiée, il apparût que la victime, Ylva Malmberg, était domiciliée à Vasteras, la ville où Karnlund exerçait et où Elina assumait à présent ses fonctions. Oskar s’était acharné sur cette affaire, il découvrit que la jeune victime venait d’accoucher d’une fille, mais n’en trouva jamais trace. Touché par le sentiment d’échec qui habite son ami, Elina lui promet de reprendre l’affaire. Le temps presse : dans moins de trente jours, le délai de prescription va être atteint, garantissant l’impunité au meurtrier d’Yva Malmberg.

A la même époque et dans la même ville de Vasteras, Kari Solbakken, rentre d’un voyage traumatisant au Vietnam. Encore sous le choc, elle manque de se faire arrêter à la douane suédoise pour possession de drogue. Ces deux expériences l’amènent à remettre son existence en question : ‘je dois remettre de l’ordre dans ma vie’.  Adoptée alors qu’elle était bébé, elle ne sait rien de ses vrais parents et n’a jamais entrepris aucune démarche pour lever ce mystère. Robert, un jeune chômeur aussi paumé qu’elle, l’incite à entamer ensemble un voyage dont le but serait de découvrir sa véritable identité. A bord de la vieille voiture pourrie de Robert, ils prennent la route. Direction : la région de Norbotten, là où vivait sa famille adoptive.

Premier roman publié en français d’un auteur suédois apparemment fort prisé dans les pays nordiques, ‘Le temps du loup’ marque par sa maturité. L’habilité avec laquelle Thomas Kanger met en scène son intrigue laisse penser que celle-ci n’est sans doute pas la première de la série des ‘Enquêtes d’Elina Wiik’.  Les personnages se révèlent très vite bien campés et identifiables malgré leurs patronymes rugueux ; on s’attache à eux, leurs préoccupations deviennent nôtres. Et, des préoccupations, ils en ont. Elina doit ainsi non seulement tenter de résoudre cette enquête dans un délai très court, mais elle doit également affronter les réticences de son commissaire, peu enclin à la voir s’investir dans cette vieille histoire alors que son service est débordé par des affaires certes moins passionnantes mais plus importantes à ses yeux. Il faut dire que c’est toute la police suédoise qui se voit actuellement accusée de lenteur et d’inefficacité par la presse. La priorité serait donc de résoudre un maximum d’enquêtes en un minimum de temps et avec un minimum de personnes. Tout l’inverse de ce que demande Elina. Mais qu’importe, elle se jouera des luttes de pouvoir et, au besoin, fera appel à une aide en douce de la part de certains confrères compréhensifs. Ce faisant, elle est bien consciente de son ‘obligation’ de réussir, au risque de s’attirer les foudres de ses supérieurs…

Avec ‘Le temps du loup’, Thomas Kanger propose un roman dans la lignée des meilleurs polars nordiques, les amateurs d’Henning Mankell ou d’Arnaldur Indridasson apprécieront.

Nicolas Fanuel

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster