Les fleurs ne saignent pas

Ravelo, Alexis (Traduit par Py, Amandine)

Policier & Thriller

Mirobole, 2016, 416 pages, 22 €

:( EPINES ET COLEGRAM - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Les fleurs ne saignent pas

Les fleurs ne saignent pas / Alexis Ravelo. – Mirobole, 2016

fleurs-saignentAlexis Ravelo est canarien d’origine. Né en 1971. il a déjà écrit de nombreuses pièces de théâtre, des recueils de nouvelles et des contes fantastiques, plusieurs romans noirs dont celui ci paru en octobre 2016 qui est le premier à avoir été traduit en français par Amandine Py aux Éditions Mirobole

Lola et son compagnon Diego, Paco et Félon sont quatre petits malfrats qui décident de faire un gros coup pouvant, cette fois, leur rapporter gros : le kidnapping contre rançon de la fille d’un parrain de la mafia.

L’histoire se passe aux Canaries, sur la luxuriante île de Gran Canaria oùdeux mondes vont s’entrechoquer : les apprentis bandits vivant de petits larcins contre les barons en col blanc baignant dans la corruption et la politique, tel le dénommé Don Isidro Padron. Lui. il arrondit ses fins de mois en blanchissant de l’argent pour le compte de Russes corrompus.

C’est de sa fille qu’il s’agit : la belle Diana est enlevée un beau matin dans son appartement et yeux bandés et mains entravées, déposée sur un matelas dans un immeuble en construction – ou plutôt à l’abandon, comme il en existe partout aux Canaries – Une énorme rançon est demandée à son père. Là, on est déjà à la moitié du livre et on se perd dans une foule de détails, les protagonistes se posant des questions stupides comme de savoir s’il est préférable de mettre du lait ou du sucre dans son café et autres anecdotes du genre qui ne font que faire traîner le suspens…

Je me rends compte que je n’ai pas l’âme d’une lectrice de triller … Et pourtant c’est sûrement un beau roman policier, il est bien écrit et son style est fluently.

Mais je tiens à terminer ma lecture. Je mélange alors les adversaires, tant ils sont nombreux à avoir dessurnoms : Dans un clan il y a Diego dit le Marquis. Paco dit le Sauvage. Félon dit le Ouf ou le Magicien ou le Foncédé. Il y a le Gaucher, Pâquerette, Isidro et puis… La belle Lola

Dans le clan de Don Isidro Patron, dit l’Enclume, il y a Pereira Marcos. Un certain Belmondo, Ivan l’ami des russes. Medeiros. le Marteau. Aday et Raoul Silva qui est maton, ou tueur à gages ou détective prive, c’est selon…le gardien d’immeuble de Padron qui est Ramon le gardien…tout simplement.

On téléphone beaucoup. On circule en voiture beaucoup. On se tape les uns sur les autres, beaucoup, on se fait des coups vaches, des coups de pieds, des coups de crosses. On tire et on tue beaucoup aussi. Mais qui a tué qui ? Qui va sortir vivant du carnage ? Qui aura l’argent ?

Diana fait partie des fleurs qui ne saignent pas. Même si elle reste entravée dans le noir tout au long du livre, personne ne lui fera de mal. C’était prévu des le commencement du livre… (Bernadette Desgain)

Eric Albert

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster