Marilyn X

LE ROY, Philip

Policier & Thriller

2016, 272 pages, 17 €

:) :) Un secret bien gardé - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Marilyn X

La mythique route 66. Le narrateur et sa compagne la remontaient lorsqu’ils aperçurent les flammes, pas loin de là, en plein Nouveau-Mexique. Un petit détour et les voilà parcourant les ruines fumantes d’une habitation dont il ne reste que quelques murs. Un cadavre, recroquevillé. Et des carnets, à moitié carbonisés, mais dont certaines pages restent lisibles. Pas de réseau téléphonique : seule solution, remonter en voiture et s’arrêter à la première habitation pour appeler les secours. Alors que le narrateur conduit, sa compagne entame la lecture des cahiers qui relatent le quotidien d’une personne –homme ou femme ?- vivant aux côtés de quelqu’un qu’elle surnomme « le monstre ». Au fur et à mesure de la lecture, le couple se rend compte que le récit fourmille de détails sur la vie de Marilyn Monroe, détails ne pouvant être connus que par une personne très proche ou ayant eu accès à des sources historiques inédites. Mais le plus étonnant, c’est que le récit de la vie de l’actrice se poursuit bien au-delà de la date officielle de sa mort, le 5 août 1962.

Avec « Marylin X », Philip Le Roy (« La porte du Messie » ; « L’origine du monde »), passionné par l’histoire de Marilyn Monroe, nous propose rien de moins qu’une remise en question de la mort de l’actrice. Si les thèses sur la cause de son décès fourmillent déjà, douter de la disparition de la star constitue sans doute une première. S’il dit se baser sur des témoignages et des archives pour établir et nous livrer –de façon très convaincante, reconnaissons-le- sa version de l’histoire, il se garde néanmoins de nous en donner les références. Définitivement, nous sommes bien ici en présence d’un roman, nerveux et témoignant de la très bonne connaissance de l’auteur de son sujet. Nous y croiserons les plus connus des contemporains de la star, les Kennedy, Arthur Miller, Sinatra, Peter Lawford, Joe DiMaggio etc…Le Roy les met en scène avec un réalisme confondant et, à notre plus grande joie, n’épargne pas les plus pourris d’entre eux : les Kennedy et Sinatra. Leur avidité démesurée pour le pouvoir et l’argent les ayant irrémédiablement liés à la mafia de l’époque, ils ne reculeront devant aucune bassesse pour éviter que ces liens ne soient révélés au grand public. Marilyn était sur leur chemin, sans doute savait-elle beaucoup de choses et comptait-elle s’en servir pour qu’on lui fiche la paix. Si quelqu’un sort grandi de ce récit passionnant, c’est bien elle. Loin de l’image de la blonde écervelée, l’auteur nous la restitue telle qu’elle fut sans doute réellement : attachante dans sa sincérité, désabusée par les hommes, grande professionnelle et suffisamment maligne pour se dépêtrer des putrides Sinatra et Kennedy brothers. Un cocktail intelligemment servi d’amour, de pouvoir et de fric, de quoi rafraichir nos connaissances au fil d’une enquête à ce point plausible qu’elle nous ferait douter de l’histoire officielle.  

Nicolas Fanuel

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster