TROP PRES DU BORD

GARNIER, Pascal

Policier & Thriller

Points, Roman noir, 2013, 138 pages, 6.3 €

:) :) L'ATTRACTION DU GOUFFRE - critique complète

Couverture
Couverture du livre: TROP PRES DU BORD

Pascal Garnier,décédé en 2010, s'était taillé une réputation discrète mais méritée dans le monde du polar. Avec le présent livre, il nous offre une tranche de vie campagnarde subitement viciée par le stupre, la drogue et la mort.

Eliette s'est retirée loin de la ville à la mort de son mari. Elle n'aspire plus qu'à une existence paisible, dans sa petite maison. Ses plus proches voisins et amis sont subitement touchés par un drame atroce : un de leurs fils s'est fait mortellement renverser sur la route, pourtant peu fréquentée. Cela provoque un choc terrible pour cette mère aimante et ce père dont le second fils, homosexuel, ne lui inspire que du dégoût. Dans le même temps, Etienne, un homme semblant sorti de nulle part mais victime d'une panne de voiture, croise la route d'Eliette qui vient justement de crever un pneu de sa petite Aixam. Troublée par cette rencontre incongrue, Eliette accepte néanmoins d'héberger pour quelques jours l'inconnu. Il est bientôt rejoint par une demoiselle déjantée et marginale, sa fille Agnès, qui trempe dans une sombre affaire de drogue volée. Abandonnée très tôt par son père, Agnès avait de nouveau croisé sa route des années plus tard et, ignorant tout de son identité, avait partagé son lit avec lui (!).

La vie bien rangée d'Eliette dérape complètement : non seulement le père du garçon mort sur la route est convaincu qu' Etienne en est le responsable mais, fou de rage, il entreprend d'abuser d'Eliette dont il est secrètement amoureux . Arrêté dans son geste par Etienne, rongé de remords et poussé au désespoir par la vie, il finit par assassiner son deuxième fils et son amant, avant de se tirer une balle dans la tête. Bien entendu, la police s'en mêle...

Roman expéditif idéal pour un voyage en Thalys, « Trop près du bord » est bien plus noir qu'il n'y paraît. C'est une des forces de l'auteur que de présenter des personnages banals pour mieux les faire chuter dans un univers aux antipodes de leurs préoccupations, et d'observer ainsi leurs réactions, leurs comportements et leurs états d'âme. Mené à du 100 à l'heure, le récit ménage certaines surprises – dont une, finale, qui donne tout son sens au titre ! - et donne véritablement envie de (re)découvrir l'ensemble de l'oeuvre de Pascal Garnier, dont l'atmosphère narrative rappelle par moments Simenon ou Arnaud.

Eric Albert

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster