Telluria

Sorokine, Vladimir (Traduit par COLDEFY-FAUCARD, Anne)

Science-Fiction

Actes Sud, 2017, 352 pages, 22 €

Synopsis
Couverture
Couverture du livre: Telluria


Après l’implosion de l’Europe, provoquée par les wahhabites et les talibans, et le démantèlement de la Russie par les séparatistes, un Nouveau Moyen Âge s’est instauré sur un territoire immense qui va de l’Atlantique à l’Oural puis au Pacifique. Les réserves de gaz et de pétrole sont épuisées et les Chinois ont débarqué sur Mars. C’est une ère de grande confusion, le Temps des Troubles. De la Russie actuelle ne subsiste que la Moscovie, orthodoxe et communiste, alors que partout ailleurs ont surgi de petits royaumes, principautés, tels les États-Unis de l’Oural, la République stalinienne socialiste soviétique (devenue un parc à thèmes pour nostalgiques du stalinisme)... et Tellurie, dans l’Altaï, dont le président est un Français.
La nature, peuplée de centaures et autres créatures horrifiques de tout poil, semble elle-même avoir perdu tout repère. L’insécurité règne partout, avec son cortège d’horreurs, de viols, de massacres… Comme dans les Temps anciens, l’énergie de chacun pourrait se mobiliser dans une quête du Graal, de l’Absolu. Au lieu de cela, tous se dirigent vers la république de Tellurie pour y acquérir le tellure, ce métal plus fort que toutes les drogues car il est capable de procurer le Bonheur.
Puisant le grotesque à la source de Rabelais, Swift et Gogol, jouant de tous les registres langagiers, s’inscrivant enfin dans la tradition illustrée par le Nous de Zamiatine et le 1984 d’Orwell, Vladimir Sorokine développe une fantasy allégorique sur l’avenir de l’Europe et de la Russie. Roman d’avertissement, Telluria trace les effroyables contours d’un futur annoncé.