Zombie nostalgie

Stene, Oysten (Traduit par Sinding, Terje)

Science-Fiction

Actes Sud, 2015, 304 pages, 22 €

:) Zombies au secret - critique complète

Couverture
Couverture du livre: Zombie nostalgie

1989, un homme se réveille nu dans un hangar, un endroit inconnu de lui. Et pour cause : il a perdu la mémoire, ignorant même qui il est, ce qu’il fait là. Sa peau est grisâtre, son corps est froid et difficile à mouvoir ; il éprouve des difficultés à articuler. Son arrivée ne provoque ni surprise ni peur. Il semble attendu, ou en tout cas, on ne s’étonne guère de sa présence. Il se laisse donc emmener, et apprend qu’il est sur l’île de Lafbonia. Après une rééducation, il est nommé Johannes van der Linden, et affecté aux services des archives de Lafbonia.

Cette petite île de l’Océan Atlantique n’est reprise sur aucune carte, et l’accès en a été soigneusement gardé par les services de renseignements américains et français. Tous les Lafboniens parviennent de façon aussi inopinée sur leur nouvel espace de vie, ignorant tout de leur vie antérieure. Car oui, ils ont été en vie, auparavant. Ils ne ressentent ni émotion ni désir, ni sommeil ni faim. Certains refusent cet état des choses, et veulent de nouveau ressentir. Mais à quel prix !

Roman de zombie dystopique, « Zombie nostalgie » nous vient de Norvège. Les chapitres qui le composent sont construits suivant une alternance : le parcours de notre homme et l’histoire de l’île. Cela démontre le caractère essentiel du lieu, et des secrets qu’il abrite. Le fait que « Johannes » ait accès aux archives n’est en ce sens pas innocent.

L’atmosphère morne qui sous-tend notre lecture correspond bien à l’état d’esprit de la majorité des Lafboniens. Nous sommes loin des zombies cannibales de The Walking Dead et autres ! Sans doute est-ce aussi parce les zombies lafboniens sont isolés, et maintenus dans cet état d’isolement bien commode pour qui connaît leur existence. Ce livre parfait dans sa facture et sa cohérence mériterait sans doute deux smileys, si un défaut d’affinité n’avait altéré mon jugement. 

Barbara Mazuin

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire !

Poster un commentaire

Nom:
Adresse email:
Site web:
Combien font quatre plus cinq?
Poster